Crèches : 8 idées reçues concernant la formation en ligne

Beaucoup d’idées reçues circulent sur la formation en ligne. On fait le point en  8 Vrai/Faux avec le retour des formateurs et des équipes de crèches qui les ont testées. De quoi faire fondre toutes les réticences que vous pourriez avoir sur cette façon moderne et efficace de se former.

Article proposé avec notre partenaire Les pros de la petite enfance

1. La formation en ligne, c’est une formation au rabais

FAUX

Ne dites jamais cela à des professionnels-formateurs qui se sont engagés dans la conception de formations en ligne ! Car pour eux, « les standards de qualité de formation sont gardés ». « La qualité est là, c’est indéniable », explique Monique Busquet, l’une des formatrices , qui, au départ un peu sceptique, s’est laissée convaincre et ne le regrette pas. Tous ont dû faire des efforts pour rentrer dans cette modalité de formation. Mais tous l’ont fait avec sérieux, ce qui a réellement permis de mettre en place des parcours de formation pointus, exigeants et efficaces. On pense souvent que ces modules sont un peu superficiels et généralistes. C’est faux ! « Ce sont de vraies formations », rétorque Monique Busquet, « beaucoup plus qu’une simple sensibilisation, une très bonne introduction en tout cas ». Des formations donc qui peuvent être complémentaires à d’autres formations en présentiel. Les unes n’excluent pas les autres !
A noter aussi, et c’est bien un garantie que les formations sont sérieuses, que Dunod Formation est un organisme « datadocké » engagé dans une démarche de certification Qualiopi.

2. La formation en ligne, cela manque d’échanges

FAUX

Certes, l’apprenant est seul devant l’ordinateur ou la tablette pour suivre le parcours de formation sauf s’il se forme en équipe (voir-ci-dessous).  Mais s’il a des questions, comment cela se passe-t-il ? Chez Dunod Formation, hors de question de laisser l’apprenant sans réponse. C’est pourquoi, celui-ci peut donner son point de vue, poser une question en ligne et Dunod Formation s’engage à ce qu’un formateur ou un responsable pédagogique Dunod lui réponde dans la journée. Mais il peut également interagir sur la plateforme avec les apprenants qui suivent la même formation ! Un vrai plus qui fait la force des formations Dunod. A noter que lors de formations en présentiel, certaines personnes n’osent pas s’exprimer à l’oral. Aussi, le fait de pouvoir poser des questions en ligne peut être plus confortable pour celles-ci. Et de fait, rendre la formation bien plus efficace. Par ailleurs, Dunod Formation ouvre désormais, sur demande, des classes virtuelles qui permettent à toute une équipe à l’issue de leur formation d’interagir en visio avec un formateur. Johanna Hirt, EJE et formatrice, va animer l’une d’entre elles. Elle explique : «  c’est à la fois plus difficile qu’en présentiel parce que la concentration devant un écran est moindre. C’est pourquoi je dois scénariser les différents thèmes (les stagiaires envoient en amont une liste de questions restées en suspens) par séquences de 15 minutes maxi. J’essaie alors d’y répondre en partant de petites mises en situation pour que cela soit plus concret. Et ensuite ensemble nous décortiquons la scène pour comprendre ce qui s’est joué. Donc conclut-elle, on n’anime pas du tout de la même façon une classe virtuelle qu’une séance en présentiel. »
Et bien sûr il s’agit de donner la parole à chacune et chacun (pas plus de 10 personnes par classe). Johanna Hirt, elle qui a priori préférait le présentiel, avoue qu’en ces temps de pandémie, les classes virtuelles, « ont l’avantage que personne ne soit masqué (ndlr : elle préconise un ordi par apprenant), et du coup les émotions et les expressions sont là. Et souvent ça change tout ! »

3. Dans les programmes de formation en ligne, il n’y a pas de formateurs expérimentés

FAUX

La plupart des formateurs ayant conçu ou participé aux formations en ligne Dunod sont non seulement experts dans leur domaine mais également expérimentés en tant que formateurs. Cette double compétence est très précieuse car justement parce que ces formations ne sont pas en présentiel, elles doivent être précises et surtout anticiper sur les questions que peuvent se poser les apprenants. D’où l’importance d’avoir fait appel à des pros-formateurs ayant déjà animé pas mal de formations.

C’est le cas par exemple de Monique Busquet, psychomotricienne ayant travaillé en PMI et étant à ce titre beaucoup intervenue auprès des professionnels de crèches. Elle est de plus titulaire depuis 1990 d’un Diplôme universitaire (DU) de formateur d’adulte. C’est grâce à cette double casquette qu’elle a pu concevoir plusieurs formations pour Dunod autour de la propreté et du développement psychomoteur notamment. Et d’ailleurs pour elle c’est très important d’avoir de l’expérience « pour pouvoir adapter » au mieux les contenus de formation en parcours digitaux suivis en solo. « Nous sommes de vrais formateurs et grâce à notre expérience en présentiel nous savons aussi comment garder l’intérêt des stagiaires, et éviter qu’ils ne décrochent », conclut-elle.

Mais Monique Busquet n’est pas la seule, Fabienne-Agnès Levine, psychopédagogue et Pierre Moisset, sociologue, sont aussi de vieux routiers de la formation. Et Héloïse Junier, même si c’est une jeune psychologue, s’est depuis ses débuts professionnels investie dans les stages de formation, en présentiel comme en distanciel.

4. La formation en ligne offre plus de flexibilité que la formation en présentiel

VRAI

La formation en ligne, c’est où on veut quand on veut ! Sans conteste, elle offre en effet bien plus de flexibilité et de liberté que la formation en présentiel. C’est même l’un de ses principaux avantages. Tout d’abord, elle évite à l’apprenant d’avoir à se déplacer pour rejoindre le lieu de formation, un gain de temps indéniable donc. Exit également les contraintes d’horaires, contrairement à la formation en présentiel, qui se déroule sur des temps impartis (demi -journée, journée…). Et, de fait, elle permet une vraie souplesse d’organisation, aussi bien pour les directeurs des établissements d’accueil du jeune enfant qui doivent gérer les remplacements que pour les apprenants. Ces derniers apprécient tout particulièrement de pouvoir aller à leur rythme, sans pression, avec la possibilité de revenir autant de fois que nécessaire sur une notion, un module…
D’ailleurs, on le sait, il est absolument inefficace pédagogiquement de proposer 7h de formation en ligne d’affilée. (On a tous des souvenirs de fin de stage où l’on baillait, à moitié endormis, le regard fixé sur nos montres, tant le 9h /17h nous semblait long et lourd !) Les principes de la neuropédagogie montrent que la meilleure façon d’apprendre est la répétition, le fait d’étaler dans le temps la formation, les allers-retours entre formation et mise en pratique sur le terrain : tout ce que les parcours de formation Dunod proposent

5. La formation en ligne, cela demande beaucoup de travail et de motivation

VRAI

Tous les formateurs sont d’accord sur ce point : la formation en ligne exige beaucoup des apprenants. « Il faut vraiment qu’ils aient envie », souligne Monique Busquet. Sinon, ils peuvent décrocher très vite, car cela leur demande rigueur, concentration, et réflexion. Pas question de rêvasser. Il faut être concentré à 200%. Et Monique Busquet explique « en présentiel on voit qu’un stagiaire décroche et on est là pour le ramener sur la formation. »
En distanciel, il n’y a pas cette possibilité. Du coup, effectivement, ça ne marche bien que pour des personnes motivées. Mais la botte secrète des formations Dunod, c’est Charlotte ! Elle est là, toute à disposition des apprenants ! Elle les guide et ne laisse personne se perdre en route ou se décourager. Elle veille si bien au grain, que chez Dunod, on n’a jamais vu personne abandonner sa formation en cours de route !

6. La formation en ligne peut se faire en équipe

VRAI et FAUX

Il y a bien entendu un temps individuel de formation. Mais chez Dunod Formation, on ne se limite pas à cela car l’objectif est clairement de mettre en place une dynamique collective. Tout d’abord, les professionnels peuvent se former tour à tour, pendant leurs heures de travail, sur l’ordinateur ou la tablette de la directrice de l’EAJE (ou sur smartphone). D’ailleurs, plus de 3000 personnes ont déjà été formées ainsi. Ces moments individuels sont vraiment bénéfiques pour les apprenants qui peuvent prendre leur temps afin de bien assimiler toutes les notions mais aussi aller plus vite lorsque celles-ci sont déjà maîtrisées. Puis, pour que cela soit aussi fructueux sur le plan collectif, Dunod Formation conseille d’organiser au sein des crèches des temps d’échanges entre les membres de l’équipe qui ont suivi la même formation. Des discussions qui peuvent s’appuyer sur les différents supports de qualité (fiches pratiques, affiches…) proposés par la formation puisque tous les contenus écrits sont téléchargeables et imprimables. L’occasion d’interroger ses pratiques professionnelles et de les faire, le cas échéant, évoluer… Dans le même ordre d’idées, ces documents peuvent constituer une très bonne base de réflexion, de travail lors des journées pédagogiques, moments clés pour les pros. Et puis, pour ne pas oublier, façon piqûre de rappel, pourquoi ne pas afficher certains supports dans la salle de pause ou bien même dans la zone d’accueil à destination des parents…
Bénédicte Pichot, directrice de deux micro-micro-crèches Nos petits Pouces dans la région nantaise, est aussi en charge de la formation pour les 8 micro-crèches de ce réseau. Elle raconte comment elle a formé toutes les équipes un même jour avec des formations différentes. « Nous avons chaque année, deux journées pédagogiques communes à toutes les crèches. La première était programmée pour février, ce qui n’était pas facile  avec la pandémie. Nous avons renoncé à faire venir un intervenant pour la trentaine de personnes travaillant dans les structures et nous avons opté pour des formations en distanciel. » Chaque équipe a choisi deux formations en fonction de ses envies, de ses projets et de ce qu’elle savait déjà. Les unes ont choisi la communication positive, d’autres les émotions ou les transmissions ou encore celle consacrée à l’aménagement des espaces de jeux.  Toutes les crèches se sont formées le même jour. Chaque directrice étant en charge de deux établissements, deux équipes se formaient ensemble. « L’avantage explique Bénédicte Pichot, c’est qu’après chaque module de formation (nous les avions choisi assez courts, pas plus de 2h) suivi sur ordinateur individuellement  mais dans une même salle, il y avait discussion en équipe. Parfois même, spontanément en cours de module, on en éprouvait le besoin. ». Conclusion « une expérience enrichissante et positive, des apprenants satisfaits de leurs formations jugées de qualité et assez ludiques et  sources d’échanges et débats entre pros »

7. Avec la formation en ligne, le choix et les formats de formation sont plus restreints

FAUX

Une approche pédagogique et des thématiques variées (développement de l’enfant, pratiques professionnelles, éveil et activités), des formats courts ou longs, des parcours à la carte l’offre est large et de qualité chez Dunod-Formation afin de s’adapter à tous les besoins et à tous les professionnels, qu’ils soient débutants ou plus expérimentés. Les formations courtes, au nombre de quatorze, durent de 1 à 3 heures, et portent sur des sujets précis comme le « Portage psychique et physique », « Mettre en place le système de référence » ou encore les « Tout-petits qui tapent, poussent, mordent ou griffent ». Les 6 parcours de formation, de 4 heures à 19 heures, quant à eux, regroupent plusieurs formations courtes et permettent d’approfondir les thèmes incontournables propres aux métiers de la petite enfance : Les essentiels de la relation avec l’enfant, Les essentiels du jeu en petite enfance, Les essentiels du développement psychomoteur, Les essentiels des pratiques professionnelles en petite enfance, Les essentiels de la relation avec les parents et Les fondamentaux des professionnels de la petite enfance, qui combinent 11 formations courtes. Sans oublier le parcours à la carte ! Dunod-Formation élabore des parcours sur-mesure (3 formations courtes au minimum à choisir) disponibles à partir de 10 apprenants pour être au plus près des attentes.

8. La formation en ligne, c’est gratuit !

VRAI et FAUX

Toutes les formations en ligne ne sont pas remboursées à 100 % par les OPCO (opérateurs de compétences). Mais c’est le cas chez Dunod Formation.  L’organisme a en effet à cœur de faire profiter le plus grand nombre de ses formations de qualité, et a donc développé une politique de tarif horaire qui permet une prise en charge complète par les OPCO du secteur (OPCO EP et Uniformation). A noter que vous pouvez faire une demande de subrogation de paiement afin de ne pas avoir à avancer les frais, si vous adhérez à OPCO EP. A l’issue de la formation, c’est alors l’OPCO qui est directement facturé. Autre option possible : vous payez la totalité de la formation et vous faites rembourser par votre OPCO, une fois la formation effectuée. Les crèches publiques pour acheter ces formations hors du CNFPT doivent mobiliser des budgets propres. Là encore, Dunod Formation a pensé aux professionnels de ces crèches et étudie toutes les demandes afin de les rendre également accessibles financièrement.